Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 18:44

Les textes liturgiques qui feront l’objet de nos méditations au cours de cette semaine concentrent nos regards sur la mission de Jésus, c'est-à-dire la découverte de son identité et les raisons de sa venue.

Les textes du dimanche  plantent déjà le décor en nous invitant à découvrir Jésus comme l’Agneau de Dieu. En effet, dans l’Evangile selon saint Jean, Jean Baptiste identifie Jésus comme l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. La  première lecture, quant à elle, montre leserviteur souffrant du deutéro-Isaïe comme la lumière des nations. En outre dans la deuxième lecture, saint Paul salue l'Église de Dieu sanctifiée par Jésus. Par ailleurs, dans ces textes du dimanche, nous rencontrons deux versets célèbres de la liturgie eucharistique. Ce sont : « Que la paix soit avec vous » (1 Co 1, 3), formule de salutation d’ouverture ; et « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29), formule entrant dans la triple invocation de l’Agnus Dei et prononcée avant la communion.

Dans cette perspective de l’économie du salut, les textes du lundi développent l’implication de l’homme et la mort de Jésus. En effet, dans la première lecture, Samuel fait comprendre à Saül que l’obéissance est plus que le meilleur sacrifice, et la docilité, plus que la graisse des béliers. En outre dans l’Evangile selon saint Marc, Jésus fait allusion à sa mort, au sujet du jeûne, en affirmant à ses opposants que ses disciples ne peuvent pas jeûner pendant que l’Epoux est avec eux. L’obéissance et la docilité traduisent ainsi la volonté de l’homme à entrer dans le plan de salut à lui proposé par Dieu. C’est pourquoi Saint Augustin dira : « Dieu qui nous a créés sans nous ne nous sauvera pas sans nous ».  

A cet effet, les textes du mardi mettront en exergue la collaboration et la prise en compte de l’homme. Dans ce sens, la première lecture extraite du premier livre de Samuel témoigne qu’après le rejet de Saül, Dieu choisie David comme collaborateur. Par ailleurs, dans l’Evangile selon saint Marc, les controverses se poursuivent entre Jésus et les pharisiens, cette fois au sujet d’épis arrachés par les disciples le jour du sabbat. Jésus répond à ses détracteurs en affirmant que le sabbat est fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat.

Les textes du mercredi, quant à eux, soulignent les œuvres salvifiques de Dieu. En effet, dans la première lecture, David triomphe du Philistin Goliath avec la fronde et la pierre. Dieu montre ainsi que c’est au moyen de faibles et de petits qu’il remporte la victoire sur les ennemis de son peuple. Saint Augustin voit dans cette victoire, la préfiguration de la victoire du Christ sur la mort. Dans l’Evangile, il est question de l’observance du sabbat. Cette fois-ci, les pharisiens et les hérodiens complotaient pour faire mourir Jésus parce qu’il a guérir un homme, dont la main était paralysée, le jour du sabbat.

Si l’attitude des adversaires de Jésus montre que l’accession au salut n’est pas sans peine, le triomphe de David prouve, quant à lui, que Dieu soutient toujours son protégé. Cela se justifie dans les textes du jeudi. En effet, dans la première lecture, Saül est jaloux du succès remporté par David et cherche à le faire mourir. Mais Jonathan, fils de Saül et ami intime de David, avertit David du danger qu’il court. Dans l’Evangile, Jésus s’impose aux foules et manifeste sa puissance sur les esprits impurs qui proclamaient sa filiation divine.

Vu la grandeur de ce projet salvifique de Dieu, la miséricorde et la proclamation de l’Evangile s’imposent. C’est ce que traduisent les textes du vendredi. Dans la première lecture, fuyant devant Saül qui cherchait à le faire mourir, David se trouve près de son ennemi qui est livré à son merci. Mais David épargne sa vie par respect pour le caractère sacré du roi, l’oint du Seigneur. Dans l’Evangile, Jésus institue le groupe des Douze qui doivent être avec lui et envoyés ensuite par lui pour proclamer le Royaume. Certains d’entre eux reçoivent un nom nouveau, signe de la transformation radicale de leur vie. Cette même dynamique d’envoi en mission ressort dans les textes du samedi, tirés dans le sanctoral à l’occasion de la fête de la conversion de saint Paul. En effet, si dans la première lecture saint Paul raconte sa conversion, dans l’Evangile Jésus envoie ses disciples en mission pour perpétuer son Evangile.

Nous proposons comme thème de méditation pour la semaine : la participation. Prions au cours de cette semaine les uns pour les autres afin que nous entrions dans le projet de salut de Dieu. Demandons pour cela, l’intercession de saints Fabien et Sébastien, le lundi ; sainte Agnès, le mardi ; saint Vincent, le mercredi ; saint François de Sales, le vendredi ; et saintPaul, le samedi.

Comme disposition pratique, nous aurons le mercredi, la méditation du mystère joyeux de la vie de Jésus. A cette occasion, nous invitons chaque groupe liturgique à venir avec une bougie accompagnée d’une intention. Le jeudi, nous aurons l’adoration avec lecture du texte de saint Jean Eudes sur le Pasteur selon le cœur de Dieu tiré du lectionnaire eudiste.

Sainte semaine en Jésus et Marie à tous et à chacun !

Raphaël SIKA

Partager cet article

Repost 0
Published by Raphaël SIKA
commenter cet article

commentaires

Théologat Eudiste De Yopougon

  • : THEOLOGAT
  • THEOLOGAT
  • : CE BLOG A UN CARACTÈRE CULTUREL ET RELIGIEUX
  • Contact

  • THEOLOGAT
  • Nous sommes une maison de formation en Afrique pour les candidats eudistes en premier cycle de théologie.
  • Nous sommes une maison de formation en Afrique pour les candidats eudistes en premier cycle de théologie.

CORDE MAGNO

SERVIR LE SEIGNEUR" Corde magno et animo volenti"Anani

Recherche