Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:56

GEDC3120.JPG

Chers frères et sœurs, bonsoir.

Après cette 1ère semaine du temps de Carême que nous avons commencé en méditant notre retraite de Carême qui nous a invité à considérer le travail, non comme une punition divine mais comme un facteur d’humanisation, nous sommes invités, dans la même lancée, à vivre cette seconde semaine de Carême en méditant sur la téléologie c’est-à-dire la finalité de la souffrance, de l’épreuve et de la croix  dans la vie du chrétien.  En effet, tous les textes de cette semaine s’accordent pour nous dire, d’une façon ou d’une autre, que la voie du bonheur est parsemée d’épreuves que nous sommes invités à subsumer. Ils nous rappellent tous que l’on va à la gloire par la croix, à la béatitude divine quand on a accepté de renoncer à soi-même pour ne chercher que Dieu et sa volonté exprimée au travers même des aléas de la vie.

En effet, la première comme la deuxième lecture du dimanche montre la présence de la croix dans l’itinéraire de chaque ami de  Dieu. Dans le récit de l’alliance que Dieu conclut avec Abraham à la manière humaine (cf. Gn 15, 5…18), on voit le patriarche à l’épreuve de ces limites humaines : « un sommeil mystérieux s’empara d’Abraham, une sombre et profonde frayeur le saisit ». Comme avec Adam avant lui et plus tard avec l’apôtre Pierre, cette faiblesse sera le passage obligé pour faire l‘expérience de Dieu. Comme l’entendra plus tard l’apôtre des nations, c’est dans la faiblesse que se déploie toute la grandeur de Dieu. Paul peut donc exhorter les Philippiens à ne pas mettre leur gloire dans ce qui fait leur honte c'est-à-dire les choses de la terre. Ils doivent « tenir bon » s’ils veulent participer à la gloire du Christ, « lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux ». Comme pour nous dire qu’il comprend que cette conviction que Paul veut transmettre à ses enfants bien-aimés, ne va pas de soi, Jésus dans l’évangile extrait de Luc 9, 28-36, révèle sa vraie gloire dans la transfiguration à trois de ses disciples afin de les préparer psychologiquement et spirituellement au choc qui suivra l’annonce de l’évènement de la croix. Après avoir goûté à ce bonheur, tout disciple doit être en mesure de s’exclamer comme Pierre, qu’il est prêt à consentir tous les sacrifices nécessaires pour être participant à cette gloire qu’il a ainsi entrevue.

La même thématique parcourt les textes de la semaine qui nous apprendront tous que les différentes démarches pénitentielles auxquelles nous sommes invités durant ce temps de carême doivent être vécus comme autant de chemins vers la gloire du ressuscité. Lundi, la 1ère lecture extraite de Daniel 9,4-10 et l’évangile Lc 6,36-38 enseignent clairement que la reconnaissance de nos fautes, l’acceptation de la pénitence et la disposition à pardonner à nos frères sont les conditions préparatoires à la manifestation de la miséricorde de Dieu dans notre vie. Mardi, les textes (Is 1, 10-20 et Mt 23, 1-12) condamnant l’attitude ostentatoire des fils de la loi appellent à une religion du service humble et du témoignage des actes.  La supplication du prophète Jérémie en butte aux embûches dressées par les ennemis de sa mission (Jr 18, 18-20) et l’interrogation faite par Jésus aux fils de Zébédée suite à la demande de leur mère (Mt 20, 17-28) : « Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ? », entendons, coupe de passion, de douleur et de souffrances  illustrent à souhait notre affirmation de départ : « la gloire des fidèles de Dieu apparait au-delà de leurs souffrances ».  Cette assertion est confirmée par les textes du Jeudi qui décrivent la nature du bonheur que Dieu donne à ses amis. Comme le pauvre Lazare (Lc 16,19-31), ce bonheur est orienté vers la finalité, vers la recherche des fruits. Pour l’atteindre, le bonheur terrestre n’a pas à être rejeté mais il ne doit pas nous faire oublier le « vrai bien », le bien suprême au risque d’entendre au royaume des morts : « Tu as reçu le bonheur pendant ta vie… c’est ton tour de souffrir ».  Les textes du vendredi  éveillent notre attention sur l’origine des épreuves du fidèle. Loin d’être des tortures auxquelles Dieu soumettrait ses amis, les épreuves sont plutôt le fruit de la jalousie interpersonnelle ou intracommunautaire. L’exemple de Joseph  vendu par ses frères (Gn 37,3-28) et de celui l’héritier mis à mort par les ouvriers de son père (Mt 21, 33-46) nous invite à méditer sur les peines et les croix que nous faisons porter à nos frères parfois par ignorance mais souvent par jalousie ou méchanceté. Comme Joseph, nous sommes invités à accueillir toutes les souffrances, même celles nées dans le cœur de nos frères, comme des moments préparant la révélation de la gloire de Dieu dans notre vie. Enfin, Samedi, la parabole du Père miséricordieux (Lc 15, 1-32) nous montre que notre propre cœur et nos propres passions peuvent être à l’origine des épreuves de notre vie de foi. Dans ce cas, la relecture de notre vie est l’occasion d’une prise de conscience de la fidélité de Dieu comme le dit Michée dans la première lecture (Mi 7,14-20).

De tout ce qui précède, nous vous proposons de méditer sur le thème suivant: « à la gloire par la croix ».  Au titre des dispositions pratiques, nous méditerons les mystères glorieux le mercredi. A l’adoration du Jeudi, nous rendrons grâce avec Saint Jean Eudes pour le mois de Février qui s’achèvera en ce jour et nous nous rappellerons à l’esprit les exercices que Saint Jean Eudes nous exhortent à accomplir au cours du saint mois de mars. En dehors du chemin de croix que nous ferons vendredi, nous dirons tout au long de cette semaine trois « Ave Maria » pour toutes les personnes que nous portons en prière en particulier Roland da SILVEIRA et Zouley SANGARE. Merci pour votre attention. Sainte et fructueuse semaine.    

Partager cet article

Repost 0
Published by Mahoussi ADOKO
commenter cet article

commentaires

Théologat Eudiste De Yopougon

  • : THEOLOGAT
  • THEOLOGAT
  • : CE BLOG A UN CARACTÈRE CULTUREL ET RELIGIEUX
  • Contact

  • THEOLOGAT
  • Nous sommes une maison de formation en Afrique pour les candidats eudistes en premier cycle de théologie.
  • Nous sommes une maison de formation en Afrique pour les candidats eudistes en premier cycle de théologie.

CORDE MAGNO

SERVIR LE SEIGNEUR" Corde magno et animo volenti"Anani

Recherche